Centre Culturel Hâ 32
Accueil Qui sommes-nous ? Annonces

Navigation

[ Avertissement : les points de vue développés dans le texte qui suit sont ceux de l'auteur et n'engagent pas le Centre Hâ 32 qui a pour habitude de ne pas prendre parti dans les débats de société qu'il suscite. ]
Conférence du 12 avril 2012 – Avec Nicolas Cochand, Docteur en théologie, animateur du Hâ 32

Bonheur et mystique

 

Dans le cadre du cycle 2011-2012 « Le bonheur ? » le centre Hâ 32 a proposé une soirée le jeudi 12 avril avec

Nicolas Cochand

Docteur en théologie, animateur du Hâ 32

La poursuite du bonheur est-elle une fuite du réel ? Nous poserons la question en évoquant le phénomène de l’expérience religieuse et mystique.

JPEG - 16.5 ko
Nicolas Cochand

Le croyant mystique cherche à vivre une union avec son Dieu. Cette quête n’est pas propre à une religion, elle traverse les diverses traditions.
Au sens strict, la mystique affirme que l’on ne peut percevoir et encore moins connaître Dieu. Il faut dépasser l’esprit et les sens, s’élever, s’abandonner à une rencontre possible.

Plusieurs critiques s’élèvent contre la mystique. Pour les uns, elle est l’expression même de la fuite du réel que constitue la religion. On découvrira qu’au contraire de nombreux mystiques, y compris contemporains, ont entrepris une action transformatrice dans leur situation concrète.

Pour d’autres, la mystique est une illusion car elle repose sur l’idée que l’être humain est capable de s’élever vers Dieu. Par là, elle contribuerait à maintenir l’homme dans son malheur car c’est précisément cette volonté de s’élever au dessus de son humanité qui en est à la source.
L’expérience religieuse serait-elle un bonheur factice ?



Retour au sommaire