Centre Culturel Hâ 32
Accueil Qui sommes-nous ? Annonces

Navigation

[ Avertissement : les points de vue développés dans le texte qui suit sont ceux de l'auteur et n'engagent pas le Centre Hâ 32 qui a pour habitude de ne pas prendre parti dans les débats de société qu'il suscite. ]
Après la conférence du 11 décembre 2008 – Avec Henri Atlan, Professeur émérite aux universités de Paris VI et de Jérusalem

« Mythe et bioéthique - Prométhée, Dédale et l’Arbre de la connaissance »

 

Dans le cadre du cycle 2008-2009 « Mythes, morts ou vifs ? » le centre Hâ 32 à proposé une soirée avec

Henri Atlan

Professeur émérite aux universités de Paris VI et de Jérusalem

Les mythes et la fiction permettent une certaine distance, parfois nécessaire dans l’analyse des questions dont les enjeux sont la naissance, les origines et la filiation, la sexualité, la vieillesse, la maladie et la mort.

Plusieurs figures mythologiques seront examinées dans ce contexte : Prométhée, l’arbre de la connaissance, Dédale, le Golem.


JPEG - 31.4 ko

Henri Atlan est intervenu au Hâ 32, le jeudi 11 décembre 2008, en soirée, sur la question des mythes et de la bioéthique, en réfutant d’entrée de jeu le qualificatif de bioéthicien pour lui préférer celui de philosophe, associé à un domaine de compétence en médecine et en biologie.

Il nous a été rappelé, en introduction, que le mythe et la fiction ont toujours anticipé sur des réalisations concrètes, avec une forte insistance, tout au long de l’exposé, sur la nécessité d’entrer dans le détail de la technique biomédicale, surtout lorsque des questions d’ordre éthique se posent aux agents, témoins ou patients impliqués, ce que nous sommes, parfois à tour de rôle, et ce qu’il nous faut bien assumer.

La position qu’il a tenté de nous faire comprendre, à travers une foison d’exemples qu’il sera trop long de reprendre ici, m’a paru très éloignée des discours idéologiques que certains tenants des religions révélées préfèrent asséner à leurs ouailles, ce qui au fond ne regarde que ces dernières, mais aussi à la société toute entière, ce qui pose alors un problème majeur, d’ordre plutôt politique, comme aurait dit John Locke en son temps, et ce sans détenir d’autre autorité que celle dont ils se croient investis par un mandat quasi divin.

Je m’aperçois que cette quasi caricature, qui n’engage que moi, va plaire aux protestants « sociologiques » paisiblement installés dans leur certitude d’avoir raison contre tous, à commencer par les catholiques et les musulmans, ce qui devrait me conduire à la nuancer. Pour m’exonérer de cette tâche, je propose de se référer aux ouvrages de Mr Atlan, par exemple à un petit livre publié chez Bayard en 2002 (La science est-elle humaine ? » Un essai sur la libre nécessité), dont la taille (86 p.) et le prix (11 euros) me semblent convenir à ces temps de crise et d’avalanche de livres offerts.

Une conférence et un débat tout à fait passionnants.

Jean-Louis Janin

Bibliographie récente :

- L’Utérus Artificiel, Seuil, Paris, 2005 (traductions portugaise, italienne).

- Chemins qui mènent ailleurs.Dialogues philosophiques (avec R.-P. Droit), Stock, Paris, 2006.

- Les frontières de l’humain (avec F. B. M. de Waal), Le Pommier/Cité des Sciences, Paris, 2007.

- Des embryons et des hommes, (avec M. Botbol-Baum),PUF,Paris, 2007.

- Déterminismes et Complexités : du Physique à l’Ethique. Autour d’Henri Atlan, dir. P. Bourgine, D. Chavalarias, C. Cohen-Boulakia, La Découverte, Paris, 2008.



Retour au sommaire